Pages

vendredi, juillet 19, 2013

Film "Le Cahier" de Hana Makhmalbaf

Ce film m'a marquée. Je le conseille car c'est une lecture "en prise directe" de ce qui se joue dans ce pays.

"Les extrémistes ont peur des livres et des stylos. Le pouvoir de l'éducation les effraie"," nous dit la jeune Pakistanaise Malala Yousafzaiqui miraculeusement réchappée d'une tentative d'assassinat des talibans dans la vallée de Swat, au Pakistan.

Sous les anciennes statues géantes de Bouddhas détruites par les talibans, des milliers de familles tentent de survivre dans des grottes. Baktay, une petite fille de 6 ans, entend toute la journée son petit voisin réciter l'alphabet. Elle se met alors en tête d'aller à l'école, quitte à braver tous les dangers.

La réalisatrice Hana Makhmalbaf, qui n'a que 18 ans, lance un appel aux consciences avec son film : "L'Afghanistan est un pays atypique. Sur une période de 25 ans, se sont succédé au pouvoir les communistes Russes, Al Qaida et les Talibans puis enfin les occidentaux et leurs valeurs chrétiennes. Chaque occupant
avait pour dessein de chasser le précédent afin de "libérer" le pays. Mais ce qu'il résulte des vagues libératrices successives, c'est un territoire exsangue et ruiné. La destruction matérielle ne se limite pas aux agglomérations. Aujourd'hui, les jeux quotidiens de tous les enfants d'Afghanistan sont une reproduction de leur expérience de vie dans un état en guerre. Ils miment les armes des adultes, veulent lapider les petites filles ou prétendent poser des mines. Quand ils atteindront l'âge adulte, comment ces enfants, qui ont fait de la guerre le thème principal de leurs divertissements, parviendront à tisser des relations normales ? J'ai tenté de décrire les effets de nombreuses années de violence sur le pays. J'ai vraiment voulu montrer une image de l'Afghanistan contemporain pour que les adultes prennent conscience des conséquences de leur attitude sur les générations suivantes. Les enfants du film sont les adultes de demain. S'ils s'habituent à la violence si jeunes, le futur de l'humanité est en grand danger."
Une grande partie du film a été tournée à Bamian en Afghanistan, au pied des ruines des deux statues de Bouddha détruites par les Talibans en 2001.
Le titre original du film est "Buddha s'écroule de honte" : cela fait référence à une histoire que le père de la cinéaste a racontée à ce dernier, lui expliquant que même une statue peut éprouver de la honte quand la souffrance ressentie par les personnes innocentes qui l'entourent était trop violente, au point donc de s'écrouler."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envie de dire quelque chose ? Lancez-vous :-)