Pages

vendredi, janvier 09, 2015

Les 50 premiers coups de fouet donnés à Raif Badawi aujourd'hui

"C'est notre liberté d'expression qui est flagellée avec lui..."
http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2015/01/09/001-premiers-coups-fouet-raif-badawi.shtml

Raef Badawi, condamné à 20 fois 50 coups de fouets

Raif Badawi, dont l'épouse et les enfants sont réfugiés a Sherbrooke, a reçu ses 50 premiers coups de fouet, en public, vendredi, en Arabie saoudite. 
Le jeune blogueur de 31 ans a été condamné à dix ans de prison en plus de recevoir 1000 coups de fouet sur une période de plusieurs mois.
Sa femme, réfugiée au Québec, se porte à la défense de son mari.
Un texte de Dorothée GirouxTwitterCourriel
Le blogeur Raif BadawiLe blogeur Raif Badawi
Raif Badawi est en prison depuis juin 2012 pour les propos tenus sur le site web « Libérez les libéraux saoudiens » et pour ses chroniques dans un journal du pays.
Les autorités saoudiennes lui reprochent d'avoir insulté l'islam. Au début des procédures, il faisait face à une accusation d'apostasie, un crime en Arabie saoudite, qui peut mener à la peine de mort.
Le mois dernier, la Cour d'appel a toutefois maintenu la sentence de dix ans de prison, de mille coups de fouet et une amende d'un million de riyals saoudiens, l'équivalent de 290 000 $.
Il doit recevoir 50 coups de fouet par semaine jusqu'à concurrence de mille, sur la place publique.
Une fois la peine de prison purgée, il lui sera interdit de voyager pendant dix ans.
Famille réfugiée au Québec
Après l'arrestation de Raif Badawi, sa femme s'est réfugiée à l'étranger avec les trois enfants du couple. Ensaf Haider est arrivée au Québec en octobre 2013.
« Parce qu'en Arabie Saoudite, je ne pouvais pas faire valoir mes droits ni ceux de mon mari après son emprisonnement. Je ne pouvais pas parler, je ne pouvais rien faire pour lui. »— Ensaf Haider
Elle devait, en plus, subir menaces et pressions familiales. « Je me sentais menacée par tous ceux qui demandaient l'emprisonnement de Raif. Mes parents me demandaient de quitter mon mari, le père de Raif voulait prendre les enfants. C'est pour toutes ces raisons que je suis allée en Égypte, puis au Liban, et je suis ensuite venue ici. »
De Sherbrooke, elle se porte à la défense de son mari.
« Dix ans de prison, mille coups de fouet. Pourquoi ça? L'affaire de Raif n'a aucune raison d'être devant un tribunal, ça devrait plutôt être devant le ministère de l'Information. Faire un site Internet, écrire un blogue, ce genre de chose devrait être du ressort du ministère de l'Information. Ses commentaires portaient sur les comités de gens religieux et leur interdiction de tout. Ses écrits n'ont jamais touché la religion. »
Ensaf Haider et les enfants Badawi, Miriam, Tirade et Najua, à Sherbrooke.Ensaf Haider et les enfants Badawi, Miriam, Tirade et Najua, à Sherbrooke.  Photo :  Dorithée Giroux
Campagne d'Amnistie internationale
Amnistie internationale mène une campagne à travers le monde pour exhorter les autorités saoudiennes à libérer le blogueur. De Sherbrooke, Mireille Elchacar, représentante régionale d'Amnistie, estime que Raif Badawi est un prisonnier d'opinion dont ses droits à la liberté d'expression et à la liberté de religion sont bafoués.
« C'est vrai que c'est un cas difficile dans le sens ou l'Arabie saoudite n'est pas un pays avec lequel on a très facilement des rapports, entre autres sur ces sujets-là. Par contre, il ne faut pas lâcher dans le sens où les droits que l'on défend sont des droits fondamentaux universels qui devraient être les mêmes, peu importe le régime politique, peu importe le pays dans lequel on vit. »
Ensaf Haider, elle, ne perd pas espoir, malgré la condamnation de son mari à 10 ans de prison et à mille coups de fouet.
« Je ne perds pas espoir. Jamais. Je ressens une peine. Je ressens une peur, mais aussi l'espoir que tout cela, un jour, ne sera qu'un simple cauchemar qui vient de finir ».
Le personnel de l'ambassade saoudienne à Ottawa n'a pas donné suite à nos demandes d'information au sujet de Raif Badawi.I

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envie de dire quelque chose ? Lancez-vous :-)