Pages

mercredi, janvier 21, 2015

Monet, l'influence de sa cataracte sur sa peinture


Les nymphéas de Monet.
En 1899, Monet peint "le bassin aux Nymphéas" avant que n'apparaisse sa cataracte (figure de gauche). Ce tableau a une dominante bleu-vert.
En 1918, Monet ne voit plus de l’œil droit du fait de sa cataracte, et il peint en se servant de son œil gauche, qui lui aussi est atteint d'un début de la maladie.

En 1922 Monet peint le même bassin (figure de droite). Ce tableau a une dominante jaune
et des formes imprécises, qui indiquent qu'une cataracte s'est développée chez le peintre et que la nature est désormais vue avec un filtre jaune dans l’œil et des contours moins nets.

Il s’est adapté à sa maladie oculaire et il a pu poursuivre sa peinture en se fiant à sa mémoire et à une vision de près résiduelle. Il a continué à travailler. Il pouvait savoir quelles couleurs il utilisait grâce à leurs étiquettes et à l’ordre invariable qu’il leur fixait sur sa palette.

Il sera opéré de l’œil droit et subira diverses séquelles de l’opération : la perturbation
de la vision des couleurs.

“ Je vois bleu, je ne vois plus le rouge, je ne vois plus le jaune ; ça m'embête terriblement parce que je sais que ces couleurs existent; parce que je sais que sur ma palette il y a du rouge, du jaune, il y a un vert spécial, il y a un certain violet ; je ne les vois plus comme je les voyais dans le temps, et pourtant je me rappelle très bien les couleurs que ça donnait. ”
« Ma mauvaise vue signifie que je vois tout comme au travers d’un brouillard », écrit-il. « C’est tout de même très beau, et c’est ce que j’aimerais pouvoir représenter. »

Monet refusera l'intervention chirurgicale sur son œil gauche malade par peur des séquelles. 

Il a continué à peindre jusqu'en 1926, quelques mois avant sa mort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envie de dire quelque chose ? Lancez-vous :-)