Pages

dimanche, mars 08, 2015

L'égocentricité des hommes a une explication scientifique !

Une étude fait actuellement  le buzz sur l'égocentricité masculine. Pour gagner du temps et de l'argent, yavait qu'à me demander au lieu de faire une étude...j'aurais été en mesure d'argumenter et de démontrer le fait...j'ai un savoir très empirique de la question... :-)
Plus sérieusement, si la gente masculine a été déterminée comme plus narcissique que ses pairs féminins, la raison en est, semble-t-il, biologique et culturelle.
Tiens au fait quels sont les critères du narcissisme ? (tableau un peu humoristique...)
  • La volonté de pouvoir (c'est moi qui décide et même si je ne le dis pas comme ça à l'autre, les faits sont là. Tu me proposes de coopérer ? Ça va pas la tête ? Demande-moi de m'intéresser à tes intérêts tant que tu y es...), 
  • L'exhibitionnisme (le côté "coq" : regarde je suis le plus beau et le plus fort, vas-y loue toutes mes qualités et admire-moi. Euh... juste un truc, si tu me critiques, au mieux je ne t'entendrai pas, au pire tu vas me fâcher) et 
  • L'idée que tout leur est dû (il est normal que l'autre me contente, manquerait plus que ce soit l'inverse...mes intérêts sont sacrés et ce sont eux que tu dois servir sinon tu te casses). 
Le corollaire est le manque d'empathie pour l'autre (si, en plus, il fallait s'intéresser  aux besoins de l'autre et à ce qu'il ressent, où irait-on...) et des comportements de type "opportuniste" (comportements non-éthiques).

Si nous sommes tous de temps à autre narcissiques (si, si...), l'étude en question montre cependant que le hommes tiennent le haut du pavé question "dosage".
Et c'est là où je voulais en venir.
Qu'est-ce qui, biologiquement parlant, est à l'action dans le fait d'être moins coopératif, plus égocentrique et plus agressif ? La testostérone...
(Mesdames, je vous suggère de faire faire un dosage hormonal en labo à l'élu de votre cœur avant d'imaginer aller plus loin dans la relation...:-)) 

Je vous propose cette petite lecture ci-dessous :
Pascale

La testostérone peut rendre égocentrique


Une étude britannique publiée ce mercredi montre que l'hormone "masculine" peut "rendre moins coopératif et plus égocentrique". 


L'hormone "masculine" peut induire des attitudes égocentriques: c'est une étude scientifique qui le dit. La testostérone, qu'on savait impliquée dans certains comportements violents peut "rendre moins coopératif et plus égocentrique", selon une étude britannique publiée ce mercredi. La testostérone est également secrétée chez les femmes, mais à moindre dose par rapport aux hommes. 

Pour éviter les interférences de la sécrétion naturelle, les chercheurs du Wellcome Trust Centre for Neuroimaging à l'University College à Londres ont fait leurs tests sur des femmes. 

Une coopération "nettement réduite"

Le degré de coopération a été testé sur des groupes composés de deux femmes auxquelles on avait administré alternativement des doses de testostérone et des placebos. 
Il était demandé aux deux femmes de coopérer pour trouver une réponse commune en cas de désaccord sur les réponses à apporter à un test. 
Les chercheurs ont trouvé que lorsque des doses de testostérone étaient administrées "la coopération était nettement réduite". 
"De fortes doses de testostérone sont allées de pair avec un comportement égocentrique", selon un communiqué diffusé à l'occasion de la publication de l'étude dans la publication britannique Proceedings of the Royal Society B

Ignorer le point de vue des autres

Lorsqu'une décision de groupe doit être prise, il faut faire la part entre coopération et intérêt personnel: trop de coopération et on pourrait ne pas s'en sortir, mais si on est trop égocentrique, on ignorera vraisemblablement l'avis d'une autre personne éclairée, explique le Dr Nick Wright qui a dirigé l'étude. "Notre comportement semble modulé par nos hormones", souligne le Dr Wright.  
On savait déjà qu'une hormone, l'ocytocine, pouvait rendre plus coopératif. Par cette expérience, "nous avons montré que la testostérone affecte aussi nos décisions, en nous rendant plus égocentrique".  
La plupart du temps, cela n'empêche pas de trouver la meilleure solution, mais, "parfois, la testostérone peut nous faire ignorer le point de vue des autres", souligne Wright. 

2 commentaires:

  1. Mais c'est une bonne nouvelle...
    Jean-Luc

    RépondreSupprimer
  2. Rhô mon vieux chêne...est-ce bien raisonnable de ta part ? :-)
    L'égocentrisme étant très loin de ta personnalité, je trouve très généreux que tu te réjouisses des découvertes scientifiques qui ne te concernent pas.

    RépondreSupprimer

Envie de dire quelque chose ? Lancez-vous :-)